Navigieren auf L'essentiel Online - Mobile

storybild

En comparaison aux autres pays d'Europe, l’écart salarial reste très faible au Luxembourg (7,1%). (photo: Pixabay/Illustration)

02 mars 2021 08:00

Au Luxembourg

Moins de 40% des salariés sont des femmes

LUXEMBOURG - Si des progrès ont été faits, au Luxembourg, concernant les inégalités entre les hommes et les femmes, certaines différences persistent.

Seulement 38% des salariés sont des femmes au Luxembourg. Il s'agit du plus faible pourcentage de femmes dans l’emploi total de tous les États membres de l’Union européenne, la moyenne étant de l’ordre de 48%, selon une étude du Statec. L'emploi des résidents luxembourgeois correspond pourtant bien à la moyenne européenne, mais ce sont les résidentes étrangères qui font pencher la balance: elles ne sont que 38%. Les frontalières représentent de leur côté, seulement 33%.

Il est à noter que les salariées féminines sont plus concentrées dans certains secteurs: 75% dans les soins, 66% dans l’enseignement, 51% dans l’horesca, 46% dans la finance, 42% dans le commerce et les activités spécialisées, scientifiques et techniques. Par contre, elles restent presque absentes dans la construction (8%), les transports (15%) et l’industrie (17%).

Plus diplômées

Le Statec observe par contre une forte progression de la place des femmes dans les professions dites de «cols blancs». Les femmes occupent en 2018, 26% des postes de directeurs et de cadres de direction (contre 18%, huit ans plus tôt). Cette hausse peut être due à une progression de l'éducation. En effet, depuis une quinzaine d'années, les femmes sortent plus diplômées de l'école que les hommes. En 2018, 44% des femmes salariées sont titulaires d’un diplôme supérieur (34% en 2010), contre 35% seulement des hommes (28% en 2010). Ce sont dans les professions à dominante intellectuelle où les femmes sont les plus présentes (46%, contre 41% en 2010). Il y a une régression relative par contre dans le secteur des professions élémentaires (46% en 2018 contre 50% en 2010).

Par ailleurs, le travail à temps partiel est en forte hausse chez les femmes. Elles sont 78% à travailler à temps partiel, indique le Statec. Il concerne principalement le secteur des services administratifs et de soutien (dont le nettoyage) et le secteur des soins (santé et action sociale).

En comparaison aux autres pays d'Europe, l’écart salarial reste très faible au Luxembourg (7,1%). En 2018, le salaire moyen annuel brut équivalent temps plein d’un homme était de 67 675 euros, celui d’une femme était de 62 829 euros. Après la Roumanie, le Luxembourg présente ainsi l’écart salarial annuel le moins élevé de l’Union européenne. Chez nos voisins, il est de 10% en Belgique, 20% en France, et 22% en Allemagne.

(L'essentiel)

Recommander

Commentaires

en chargement...

Résultats