Navigieren auf L'essentiel Online - Mobile

storybild

Jean-Claude Schmit a évoqué la stratégie face aux variants.

26 février 2021 06:59

Covid-19 au Luxembourg

Bientôt des tests imposés aux frontaliers?

LUXEMBOURG - Le directeur de la Santé, Jean-Claude Schmit, dévoile la nouvelle stratégie de dépistage.

«L'essentiel»: Vit-on une période de calme avant la tempête dans cette crise? Jean-Claude Schmit : On est dans une situation assez tendue car on sait que les nouveaux variants notamment anglais et autres sont présents sur notre territoire et vont influencer l’épidémie car ils sont plus facilement transmissibles. On ne sait pas ce que l’avenir va nous réserver. Mais on peut être rassurés par le fait que malgré la présence très forte du variant anglais, les chiffres sont encore assez stables. Ils montent mais doucement. Ce n’est pas encore une phase exponentielle et c’est plutôt rassurant de voir qu’on contrôle au moins partiellement la situation.

Face aux variants, quelle va être la stratégie de dépistage du pays ces prochains mois? On va certainement faire un suivi des variants avec des tests PCR spécifiques. On va maintenir le Large scale testing. La PCR reste donc le standard parmi les tests mais, à côté, on va élargir l’offre avec des tests rapides. Soit des tests rapides faits par des professionnels de santé dans différents contextes soit des autotests qui arrivent et dont on fait l’évaluation.

L’efficacité des autotests interroge… Il y a ceux sur la salive et là, ils ne semblent pas encore répondre aux attentes. Mais je suis sûr qu’ils vont s’améliorer dans les semaines à venir car beaucoup de producteurs y travaillent. De l’autre côté, il y a les tests dans le nez. Plus dans le fond du nez ou la gorge mais dans la partie antérieure du nez. Ils sont donc aussi faciles à faire pour les utilisateurs. Pour ceux-là, on a d’assez bons résultats. C’est ceux que l’Allemagne a préconisés mercredi.

Peut-on imaginer qu’ils seront proposés dans les écoles au mois de mars déjà? Oui c’est notre intention de commencer au moins avec un projet pilote dans les écoles et dans les maisons de soins et de repos où il y a beaucoup de personnes fragiles, même si la plupart sont heureusement vaccinées maintenant.

À quand les tests rapides en pharmacie? Les tests rapides, tant qu’ils ont le marquage CE, peuvent être librement vendus notamment dans les pharmacies. Nous discutons de la réalisation de tests en pharmacie. On sait que ça fonctionne très bien en France et on aimerait aussi faire fonctionner cela ici.

Peut-on imaginer imposer un test par semaine par exemple aux frontaliers pour venir travailler au Luxembourg? Pour l’instant, on n'est pas dans cette situation. Ce sont des choses que d’autres pays ont discutées, notamment l’Allemagne vis-à-vis de la France. Si des décisions se prennent dans ce sens, ce sera en concertation avec ces pays, car on est très proches. Mais on ne peut pas l’exclure.

Concernant la vaccination? Il faut rassurer le public. On progresse bien dans les vaccinations si on se compare à d’autres pays européens. Mais il faut admettre qu’on dépend des producteurs et des livraisons de vaccins.

Et cet aspect inquiète encore? Cela varie tout le temps. On a des promesses de livraisons pas forcément tenues ou du moins pas dans la quantité anticipée. Ce qui rassure, c’est qu’on a trois producteurs sur le marché. Un quatrième est en cours d’évaluation et un cinquième prépare son dossier. Dans un ou deux mois, on aura cinq producteurs différents si tout va bien.

Le vaccin Astra Zeneca est-il bien efficace sur les formes sévères du Covid? Oui. C’est vrai. Et on a de plus en plus d’études surtout avec l’expérience très large en Grande-Bretagne et en Écosse, impliquant des millions de personnes où on voit que l’efficacité est très très bonne.

(Recueilli par Nicolas Martin)

Recommander

Commentaires

en chargement...

Résultats