Navigieren auf L'essentiel Online - Mobile

storybild

Chaild (à gauche) et Seed to Tree essayent de tirer profit de cette période délicate.

13 novembre 2020 09:00

Musique au Luxembourg

«Être confinés a boosté notre créativité»

LUXEMBOURG - Comment les musiciens du Grand-Duché vivent-ils cette année très difficile? Tour d'horizon avec quelques artistes et groupes locaux en vue.

TUYS

«Nous avions tout planifié et annoncé notre nouveau concept de série musicale en mars, lors du premier confinement. Psychologiquement, c'était difficile car nous avions de grandes attentes», admet Tun, le guitariste. Avec le projet «A Curtain Call For Dreamers», le groupe indie-pop luxembourgeois avoisine pourtant les 120 000 vues cumulées sur YouTube.

CHAILD

«D'abord, il y a eu du déni, c'était frustrant car le projet explosait et il y avait des festivals prévus pendant l'été. Puis de la léthargie, et enfin j'ai réussi à prendre du recul. Ce dont j'ai le plus peur, c'est de perdre mes fans. Mais la musique que l'on a récemment enregistrée est d'un tout autre niveau. Il y a un vrai potentiel international, je prépare un nouveau live pour 2021».

DOCK IN ABSOLUTE

«Ça a été vraiment très compliqué pour nous. À partir de mars, ils ont commencé à tout annuler, on a perdu plus de 35 concerts, donc c'est une grosse saison en moins. Même si au début, ça faisait du bien de s'arrêter un peu, quand on voyage tout le temps c'est bien de pouvoir souffler et de prendre du temps pour nous».

SEED TO TREE

«On avait une grande tournée en avril en Allemagne qui a été annulée et reportée à 2021. Être confinés et s'ennuyer nous a permis de retrouver une nouvelle motivation et de booster notre créativité. Et cette année c'est les dix ans du groupe, nous allons faire deux petits concerts au Luxembourg en décembre, car on veut fêter ça en live».

BARTLEBY DELICATE

«Je suis artiste indépendant, donc ça a été un peu plus dur financièrement. Mais j'ai aussi de la chance car j'ai le statut d'intermittent du spectacle, donc il y a encore des soutiens de l'État. Si j'ai survécu avec ma musique pendant une crise sanitaire, qu'est-ce qui peut encore m'arriver aujourd'hui?».

(Noémie Koppe et Cédric Botzung)

Recommander

Commentaires

en chargement...

Résultats