Navigieren auf L'essentiel Online - Mobile

07 avril 2021 14:36

À Luxembourg-Ville

Ils ont bravé le froid pour fêter les terrasses

LUXEMBOURG - Bien couverts, en manteau ou sous des couvertures, les clients étaient nombreux pour la réouverture des terrasses, ce mercredi, dans la capitale.

Il neigeait à Luxembourg, ce mercredi midi. Et pourtant, cela n'a pas empêché des dizaines de courageux de braver le froid pour fêter le retour des terrasses. Couvertures sur les genoux, champignons chauffants à plein régime, il fallait se résoudre à déjeuner en manteau. Mais certains attendaient ça depuis quatre mois.

La bourgmestre de Luxembourg, Lydie Polfer, était à table tandis que le Premier ministre, Xavier Bettel, en cherchait une. «C'est un petit pas mais on voit que les restaurateurs, le personnel, les clients sont contents. Il y a moins de risques que s'ils le font ailleurs. Ici c'est une limitation à deux personnes. À la maison, il y a plus de brassage. Les clients sont contents de retrouver cette petite bulle d'air. C'est pas grand-chose, mais ça permet de revivre», confiait le Premier ministre. «Je ne veux pas, après, qu'on ait plus de gens suivis pour des conséquences de cette crise, psychologiques, psychiatriques, sociales... Il faut trouver le juste équilibre», insistait-t-il, soulignant que les mesures en place permettent aux restaurateurs «responsabilisés» par cette réouverture «de ne pas perdre d'argent».

«Cela ne suffira pas à sauver notre situation financière»

«On attendait ça depuis novembre. La neige ne nous a pas arrêtées, rien ne nous arrête. Ça nous manquait vraiment trop», lançaient Giulia et Estelle, attablées sur une terrasse de la place d'Armes. «Jusque-là, on faisait un peu de take-away pour soutenir les restos mais ce n'est pas pareil», abondaient Nadine et Josette, avant que leur plat ne refroidisse.

Côté restaurateurs, certains étaient ravis. «On est contents, mais il manque le beau temps. Il y a des gens qui en ont marre de rester à la maison», insistait Alberto Duarte de la Bodega, en train d'ajouter des chauffages près de ses clients. «Ce n'est que du bonheur, on est complets. On est ravis, les gens aussi. Malgré la neige. Il pourrait même y avoir une tempête, on est super contents de rouvrir. Nous avons beaucoup d'habitués, heureux de s'installer, se faire servir. On se retrouve ça fait longtemps. Cela nous faisait mal de voir les gens manger sur des bancs. Mieux vaut manger dans un restaurant avec des mesures sanitaires que de se regrouper sur un banc, déjà pour la sécurité des gens», indiquait Vanessa Vukic, directrice du Grand Café. «Pour l'instant, seule une petite partie de l'équipe a repris et au fur et à mesure de la météo, on va rouvrir la grande terrasse et faire revenir au fur et à mesure de plus en plus de personnel».

Luca, du restaurant Le Rabelais, était lui aussi très heureux de voir revenir les habitués. «Quatre mois sans rien faire, cela commençait à être long. On prenait du poids. On espère que la météo s'arrange et que cela continue comme ça». D'autres, comme Émile Calmes, patron de la Brasserie du Cercle, dont la terrasse affichait pourtant complet, étaient plus mesurés. «On ne peut pas parler de soulagement, car cela ne suffira pas à sauver notre situation financière. Ce n'est plutôt pas rentable. Mais il faut surfer sur la vague lancée par le gouvernement et jouer le jeu, en espérant qu'après le 25 avril, on pourra aussi ouvrir à l'intérieur».

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Recommander

Commentaires

en chargement...

Résultats