Navigieren auf L'essentiel Online - Mobile

storybild

Le variant britannique est désormais largement majoritaire. (photo: Fabrizio Pizzolante)

24 février 2021 17:03

Covid-19 au Luxembourg

Le variant britannique est devenu majoritaire

LUXEMBOURG - Le variant britannique représentait 57,6% des échantillons de Covid analysés la semaine passée au Luxembourg. La pandémie rebondit légèrement.

Le variant britannique est désormais le type de coronavirus le plus fréquent au Luxembourg, selon les chiffres publiés ce mercredi soir par le ministère de la Santé, qui portent sur la semaine du 15 au 21 février. La semaine dernière, le Laboratoire nationale de la Santé a analysé 132 échantillons, mettant en place un système «permettant de disposer de résultats représentatifs pour l'ensemble de la population du Luxembourg».

Le LNS a ainsi trouvé le variant britannique dans 76 cas, soit 57,6% des échantillons analysés. Le variant sud-africain représente lui 6 cas, soit 4,5%. Aucun nouveau cas du variant brésilien n'a été trouvé. Ces variants sont-ils responsables du léger rebond de la pandémie au Luxembourg, constaté la semaine dernière? Le ministère de la Santé annonce 1 249 nouvelles infections, soit 13,7% de plus que la semaine précédente, alors que le nombre de tests effectués a diminué, passant de 70 617 à 60 717.

Taux d'incidence à 200

Le taux de positivité des tests augmente d'un demi-point, à 2,06%. La hausse est encore plus marquée pour les tests sur ordonnance, donc pour les personnes avec des symptômes: la positivité s'établit à 5,7%, contre 3,52% la semaine précédente. Le taux de reproduction effectif du virus grimpe aussi, légèrement, passant de 1 à 1,05. Tout ça mis bout à bout donne une reprise de la pandémie. Le taux d'incidence grimpe ainsi, pour la semaine passée, à 200 cas pour 100 000 habitants, quand il était à 176 la semaine d'avant. Ce taux grimpe pour toutes les tranches d'âge, sauf chez les moins de 14 ans (-24%) qui ne sont pas allés à l'école.

La hausse est la plus élevée chez les 60-74 ans (+75%) et les 30-44 ans (+49%). Au final, la moyenne d'âge des personnes infectées a augmenté à 38,1 ans. Le nombre d'infections actives passe lui de 2 597 à 2 613. Le nombre de décès dans la semaine a aussi grimpé, passant de 11 à 16, d'une moyenne d'âge de 80 ans. Note d'espoir: le nombre de patients guéris a franchi la barre des 50 000. En outre, malgré le rebond de la pandémie, le ministère note une situation «relativement stable» dans les hôpitaux.

Enfin, l'analyse des eaux usées indique «une forte prévalence du virus au niveau national». Une légère tendance à la hausse est notée en début de semaine, mais n'a pas continué ensuite.

(jw/L'essentiel)

Recommander

Commentaires

en chargement...

Résultats