Navigieren auf L'essentiel Online - Mobile

storybild

Certains ont décidé de faire la file dans les labos de tests débordés ou au centre de dépistage Covid franco-allemand de la Brême d’O, pour ne pas changer leur itinéraire. (photo: Editpress)

03 mars 2021 08:59

Mesures en Allemagne

«Un détour de 104 km pour travailler au Luxembourg»

LUXEMBOURG - Les tests de moins de 48h imposés par l'Allemagne impactent des frontaliers du Luxembourg. Certains font un sacré détour depuis mardi.

Ils sont quelques centaines autour de Sarreguemines, Forbach ou Saint-Avold, à couper chaque jour par l’Allemagne pour venir travailler au Luxembourg. Depuis mardi, leur longue route quotidienne vire au chemin de croix. L’Allemagne imposant un test de moins de 48h (et une attestation) à l’entrée depuis la Moselle, certains ont décidé de faire la file dans les labos de tests débordés ou au centre de dépistage Covid franco-allemand de la Brême d’Or pour ne pas changer leur itinéraire. D'autres ont renoncé.

«En temps normal je fais 272 km (aller-retour) via Sarrebruck, Volklingen Merzig et Perl. Je pars deux heures avant de prendre mon service. Mais là... je dois prendre par Metz et Thionville, ça rallonge de 104 km (2x52 km), sans parler des frais...», raconte Alex, qui vit près de Sarreguemines et travaille depuis 12 ans dans la sécurité au Grand-Duché. «Je ne ferai les tests que pour aller voir ma famille en Allemagne, pour le travail, je ferai le détour».

Une «catastrophe»

Et il est loin d’être seul dans ce cas. «J’ai parlé avec d’autres qui vont «se mettre en arrêt de travail. La contrainte est trop énorme». D'autant que «les autorités allemandes n’ont prévu aucune exception pour les cas de transit», précise la préfecture de Moselle. Basé à Sarreguemines, le Comité de défense des travailleurs frontaliers de la Moselle, constate que les mesures allemandes impactent aussi les frontaliers vers le Luxembourg.

«On ne tient pas compte de la spécificité du territoire», souligne le président Arsène Schmitt, qui parle d’une «catastrophe» et de détours de 50 à 80 km. Il n’oublie pas ceux qui ont l’habitude d’aller prendre le train à Sarrebruck vers Luxembourg, eux aussi contraints aux tests. Les transports transfrontaliers entre Moselle et Allemagne sont eux arrêtés. Quant à la possibilité que le Luxembourg serve à rejoindre l’Allemagne en évitant les contrôles de tests Covid, elle ne peut être exclue.

Même si mardi, la police grand-ducale n’avait pas encore constaté de «changement sur la circulation».

(L'essentiel/Nicolas Martin)

Recommander

Commentaires

en chargement...

Résultats