Navigieren auf L'essentiel Online - Mobile

storybild

«Lorsque des personnes handicapées s'installent dans un autre pays, leur handicap n'est pas toujours reconnu, ce qui pose des problèmes d'accès à des prestations ou à des services». (photo: Editpress/Julien Garroy)

03 mars 2021 16:14

Luxembourg/UE

Vers une carte européenne pour les handicapés

LUXEMBOURG/UE - Une «carte européenne du handicap» pourrait être mise en place d'ici quelques années, afin de faciliter la circulation en Europe.

La Commission européenne va proposer, d'ici fin 2023, la mise en place d'une «carte européenne du handicap» facilitant la reconnaissance mutuelle du statut de personne handicapée entre les États de l'UE. Établi sur la base d'un projet pilote mené dans huit pays, ce document favorisera la libre circulation à travers l'Europe, a expliqué lors d'une conférence de presse la commissaire chargée de l'Égalité, Helena Dalli.

«Lorsque des personnes handicapées s'installent dans un autre pays, leur handicap n'est pas toujours reconnu, ce qui pose des problèmes d'accès à des prestations ou à des services», a précisé l'exécutif européen, en présentant sa stratégie 2021-2030 en faveur des droits des personnes handicapées. Bruxelles veut aussi garantir la participation des personnes handicapées aux élections au Parlement européen en 2023, alors qu'«en pratique, nombre d'entre elles sont confrontées à des difficultés dans l'exercice de leurs droits en raison d'une accessibilité limitée, y compris faute de communication en langue des signes, ou de restrictions de leur capacité juridique» au niveau des États.

«Pas le pouvoir d'accomplir ces changements toute seule»

Sur la dernière décennie, des directives européennes ont amélioré l'accessibilité, notamment en exigeant que des produits et services jugés essentiels tels que les téléphones, ordinateurs, livres électroniques ou services bancaires soient utilisables par les personnes présentant une série de handicaps, et en garantissant aux handicapés l'accès aux transports routier, aérien, ferroviaire ou maritime.

«Mais de nombreux domaines ne sont toujours pas couverts par les règles européennes, et des différences subsistent en ce qui concerne l'accessibilité des bâtiments, des espaces publics et de certains modes de transport», déplore la Commission. L'institution prévoit de lancer en 2022 un centre de ressources comparant et recensant les pratiques d'accessibilité «dans tous les secteurs», et d'engager avec les Etats des initiatives pour contrer les discriminations et garantir l'accès à la justice, aux soins de santé et à la culture.

«La Commission n'a pas le pouvoir d'accomplir ces changements toute seule» mais peut s'appuyer sur la Convention des Nations unies sur les droits des personnes handicapées (2006), ratifiée par l'UE et l'ensemble des États membres, «lesquels s'étaient déjà engagés à prendre des mesures concrètes», observe Mme Dalli, annonçant la création d'une «plateforme» européenne pour aiguillonner les États.

(L'essentiel/afp)

Recommander

Commentaires

en chargement...

Résultats