Navigieren auf L'essentiel Online - Mobile

storybild

La situation est compliquée au CHU de Nice. (photo: AFP/Valery Hache)

22 février 2021 17:11

Covid-19

Les patients hospitalisés sont plus jeunes à Nice

À Nice, les soignants observent «un rajeunissement des patients hospitalisés» pour cause de Covid-19, explique Michel Carles, chef du service infectiologie du CHU de Nice.

Quelle est la situation à Nice?

Michel Carles: La tendance qui se dégage, c’est la persistance d’une pression forte sur le système hospitalier avec beaucoup d'admissions aux urgences, en réanimation et une situation d’accueil sur l’ensemble des Alpes-Maritimes en forte tension, avec la nécessité d’ouvrir de nouvelles unités pour accueillir les patients. Il y a une accélération qui se fait depuis une dizaine de jours sur des patients qui sont plus jeunes. L’hypothèse formulée, c’est que ce soit en lien avec l’arrivée de ce nouveau variant parce que (...) sur les chiffres que l’on a, on voit bien que depuis une dizaine de jours, le variant anglais est en train de prendre la place de la souche européenne et c’est concomitant d’un rajeunissement des patients hospitalisés. On est en permanence à plus de 95% d'occupation (des lits).

Quelles mesures prônez-vous?

À la frontière, dans les aéroports, les gares, à tous ces endroits, il faut qu'il y ait des contrôles sanitaires et que les personnes qui sont porteuses du virus, puissent bénéficier d’un isolement qui va limiter sa propagation. Il faut répéter les mesures barrières qui incluent le gel hydroalcoolique, le port du masque et l'aération des pièces quand les personnes sont en concentration. L'endroit le moins à risque, c’est l’extérieur. Par contre, si à l’extérieur on ne respecte pas les mesures barrières de port du masque et de distanciation, on peut se mettre en situation d’attraper le virus. Il faut redire que la vaccination va en finir avec l’épidémie.

On a interpellé le ministre de la Santé sur la nécessité d’avoir les moyens de répondre (à cette crise), en particulier de pouvoir développer l'oxygénation des patients. C'est une prise en charge qu'on a mise en place depuis avril 2020 (à l'hôpital de Nice). L’objectif est de diffuser les moyens d'oxygénation intensive non invasive des patients, de la faire sortir des secteurs de réanimation pour faire baisser la pression sur les lits de réanimation tout en permettant à tous les patients qui ont besoin de cet oxygène à haut débit d’en bénéficier dans des soins intensifs mais aussi dans des secteurs d'hospitalisation conventionnels."

Malgré la vaccination, va-t-on devoir «vivre avec le virus» durant des années?

Que ce soit ce virus ou d’autres, dans une société où il y a une population qui augmente et une circulation des individus qui augmente, inévitablement (...) les enjeux des ces pathologies infectieuses à potentiel épidémique vont persister. Cette épidémie a des côtés terribles pour la société mais aussi des côtés positifs. Les progrès que cela a permis de faire dans la vaccinologie nous offrent une perspective de contrôle à moyen et long terme qui est extrêmement encourageante. Il ne faut pas voir les choses de manière négative mais au contraire positive, avec des progrès dans le domaine médical qui vont nous permettre de mieux réagir.

Tout cela pointe la nécessité que l’on repense le système de santé et qu’on lui donne les moyens de supporter ces enjeux dans des conditions qui soient meilleures.

(L'essentiel/afp)

Recommander

Commentaires

en chargement...

Résultats