Navigieren auf L'essentiel Online - Mobile

storybild

Des milliers de doses de faux vaccins ont été saisies en Afrique du Sud, débouchant sur l’arrestation de trois ressortissants chinois et d’un Zambien. (photo: Interpol)

03 mars 2021 17:47

Covid-19

Premières saisies de faux vaccins par Interpol

La criminalité liée au vaccin anti-Covid-19 se développe dans le monde, prévient l’organisation internationale de coopération policière basée à Lyon.

Environ 2400 doses de faux vaccins ont été saisies en Afrique du Sud, tandis qu’un réseau de vaccins contrefaits a été démantelé en Chine, a annoncé mercredi Interpol, en prévenant qu’il ne s’agissait que de «la face émergée de l’iceberg».

«Les autorités d’Afrique du Sud ont saisi des centaines de faux vaccins contre le Covid-19 après une alerte d’Interpol, qui avait mis en garde sur le fait que les vaccins seraient la cible privilégiée des réseaux criminels», a précisé l’organisation internationale de coopération policière basée à Lyon.

Trois ressortissants chinois et un Zambien ont été interpellés au cours de cette opération, réalisée à Germiston (province de Gauteng), qui a permis également de découvrir une «grande quantité de masques contrefaits».

Par ailleurs, Interpol a apporté son concours à la Chine, où la police a «identifié un réseau de vente de vaccins contrefaits contre le Covid-19 et a investi les locaux de fabrication, entraînant l’arrestation de 80 suspects et la saisie de plus de 3000 faux vaccins sur place».

«Face émergée de l’iceberg»

«Bien que nous saluions ce résultat, il s’agit seulement de la face émergée de l’iceberg en ce qui concerne la criminalité liée au vaccin anti-Covid-19», a estimé le secrétaire général d’Interpol, Jürgen Stock, cité dans le communiqué. «Ces interpellations soulignent le rôle unique d’Interpol pour rassembler les acteurs clés, à la fois du secteur public et du privé, afin de protéger la sécurité publique», a ajouté M. Stock.

Interpol met à nouveau en garde contre les vaccins non homologués qui sont actuellement proposés à la vente sur internet. «Tout vaccin promu sur des sites web ou sur le “darknet” ne sera pas légitime, n’aura pas été testé et peut être dangereux», prévient-on.

(L'essentiel/afp)

Recommander

Commentaires

en chargement...

Résultats